Espace ressources

Pour tous anim’acteurs et anim’actrices qui souhaitent approfondir leurs connaissances et préparer au mieux leur séance d’animation.

Télécharger le document "Espace Ressources" au format pdf
télécharger

Émois amoureux

PELÈGE ; PICOD.— Éduquer à la sexualité.— Chronique Sociale, 2010.

Contrairement aux idées reçues, l'entrée privilégiée de l'éducation à la sexualité n'est pas seulement du côté de la biologie et de la prévention, mais se situe résolument du côté des sciences humaines. Il s'agit ici de sortir des discours convenus, et particulièrement de la vogue du dévoilement du sexe, de la technicité, de la commercialisation, pour comprendre et éclairer l'importance de l'éducation à la sexualité dans la construction de la personne et de ses relations aux autres. Co-écrit par deux spécialistes très fortement impliqués dans la réflexion sur l'éducation à la sexualité en institution, l'ouvrage traite de ses aspects fondamentaux en six chapitres qui abordent tour à tour une perspective anthropologique de la sexualité ; les modèles familiaux et sociaux qui balisent l'identité sexuelle ; la construction sociale de l'homophobie et du sexisme ; la place et la question des images et des représentations médiatisées, dont celles de la pornographie ; le développement biologique et psychosexuel ; les enjeux relationnels et éthiques de l'éducation à la sexualité. Le propos s'adresse aux intervenants de l'Education nationale, de l'éducation spécialisée, de la protection de l'enfance et de l'adolescence, de l'éducation à la santé, de l'éducation populaire, de la réduction des risques sexuels.


PICOD, Chantal.— Sexualité : leur en parler c’est prévenir.— Érès, 2005.

En France, parents et professionnels font preuve d’une frilosité extrême en ce qui concerne l’éducation sexuelle des adolescents. Cet ouvrage est une sorte de programme d’éducation à la sexualité étayé de nombreux outils pédagogiques. L’auteur s’appuie sur les données les plus récentes de la sexologie, de la sociologie et sur 20 ans de recherches et d’expériences en tant que professeur d’éducation sexuelle.


VAGINAY, Denis.— Vivre la sexualité : encyclopédie illustrée.— Chronique Sociale, 2002.

La sexualité est partout ! Ce n'est pas nouveau. Louée ou vilipendée, elle a toujours été compagne de l'homme. Elle ne se laisse pas si facilement approcher. Ce livre propose une approche de cette sexualité humaine. Il réunit des informations claires, précises et utiles et des réponses difficiles à trouver ailleurs. Ses descriptions sont minutieuses et débouchent sur des considérations pratiques. Elles permettent une bonne connaissance de son corps et du corps de l'autre sur le plan de l'harmonie, du vocabulaire, du fonctionnement et de la relation. Des dessins collaborent au texte. Ils sont présentés comme les planches anatomiques produites par la médecine du XVIIIe et XIXe. L'accumulation des images fidèles aux modèles donne une idée de l'infinie variété des formes du corps. Ces images invitent à une découverte ou à une redécouverte festive du corps. Elles s'opposent résolument à la pornographie qui se révèle trop souvent la seule source d'approche notamment des jeunes gens. Lire cet ouvrage libère et permet de parler avec aisance du corps et de la sexualité. Cet ouvrage présente le corps sexué et relationnel. Les parents désireux d'informer leurs grands enfants et les adolescents en quête de réponses "introuvables" y auront recours. Il est un outil scientifique et pédagogique à l'usage des médecins (endocrinologues, sexologues, gynécologues ou généralistes...) et des enseignants. Il se veut un complément aux ouvrages existants qui insistent souvent sur la grossesse ou les maladies sexuellement transmissibles. Ce livre développe deux approches complémentaires : un texte, abordable par tous. Il donne une connaissance du corps et de son fonctionnement. Tout ce qui fait la sexualité est abordé. Le vocabulaire est présenté dans les différents registres lexicaux : scientifique, familier, courant, argotique et érotique ; des illustrations. Celles-ci reprennent les techniques de la tradition anatomique. Cet ouvrage très pragmatique n'édulcore aucune des réponses aux questions qui se posent au quotidien à chacun de nous, notamment pendant la préadolescence et l'adolescence. " C'est sous le signe de la rencontre de l'autre, c'est-à-dire du social et de l'apprentissage qu'est menée cette investigation du nu et de l'intime... Cette anthropologie du corps est une anthropologie du corps en fête " (extrait de la préface). François Laplantine, Professeur à l'université Lumière Lyon 2.


RUFO, Marcel. Tout ce que vous ne devriez jamais savoir sur la sexualité de vos enfants.— Anne Carrière, 2003.

Nous mettons au monde des petites filles et des petits garçons, mais nous sommes bien les seuls à le savoir. Car les bébés, eux, ignorent qu'ils ont un sexe. Ils vont le découvrir et se l'approprier peu à peu, à travers des expériences fondamentales qui vont les amener d'une sexualité infantile, faite essentiellement de sensorialité, à la sexualité agie de l'adolescence. L'ouvrage est construit en trois parties. La première suit pas à pas les étapes de la construction de l'identité sexuelle : stade oral, stade anal, période de l'Œdipe, phase de latence, puberté, et les conquêtes qu'elles représentent. La deuxième partie est consacrée à la sexualité abîmée : tout ce qui peut entraîner des troubles dans le développement de l'enfant : attouchements, viol, mais aussi anorexie, maladie. Enfin, dans une troisième partie, l'auteur répond à toutes les questions très concrètes que les parents se posent : est-il normal qu'un enfant se masturbe ? Doit-on le lui interdire ? Peut-on prendre un bain avec lui ? Est-ce inquiétant s'il refuse d'aller sur le pot ? Est-ce grave s'il voit un porno ? " Avec délicatesse, humour et conviction, Marcel Rufo retrace les étapes du développement de l'enfant, sans faire l'économie des troubles possibles - névrose, viol ou anorexie. " Marie-Claire, novembre 2003. " Marcel Rufo répond tout haut aux questions que l'on se pose tout bas. Oui la sexualité les préoccupe bien avant la puberté et on peut les aider à vivre sereinement toutes les étapes. " Avantages, novembre 2003.


HAYEZ, Jean-Yves.— La sexualité des enfants.— Odile Jacob, 2004.

La vie sexuelle des enfants, avant l'adolescence, reste souvent un mystère, surtout pour les parents, qui tantôt s’inquiètent trop et tantôt pas assez. Faut-il juste accepter, discrètement et avec confiance, l’évolution spontanée de cette sexualité naissante ? Faut-il chercher à parler et à interagir avec son enfant ? Que réguler ? Et à quel titre ? Au terme de trente ans d’écoute, Jean-Yves Hayez nous fait partager ici son approche réaliste de la sexualité infantile, sans langue de bois ni dramatisation excessive. Oui, entre frères et sœurs, ça « dérape » parfois, mais non, ce n’est pas toujours grave ! Un livre pour tous ceux qui ne pensent pas que « le sexe, c’est mal », mais qui estiment qu'il y a des valeurs et des limites à apprendre.
Pédopsychiatre, docteur en psychologie, le professeur Jean-Yves Hayez dirige le service de psychiatrie infanto-juvénile aux Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles.

Amoureux et alors ? (Retour haut de page)

Les femmes handicapées Référence : CTNERHI, 2002-02-01, 98 p.

Les documents rassemblés dans ce dossier documentaire présente en trois grandes parties un aperçu de la situation des femmes handicapées en France, et en Europe, aux Etats-Unis et au Canada. La première partie reflète ce qui affecte la femme handicapée dans sa sexualité et sa féminité ; la seconde partie présente le volet emploi et la troisième partie rend compte de l'expérience de vie des femmes handicapées.

CICCONE, Albert.— Handicap, identité sexuée et vie sexuelle.— Érès, 2010.

Dans cet ouvrage, issu des travaux du quatrième SIICLHA (Séminaire interuniversitaire international sur la clinique du handicap), les auteurs en première partie abordent la question de la construction subjective et intersubjective de l'identité sexuée et de l'identité sexuelle dans le contexte du handicap. La deuxième partie concerne le regard porté par le social et la troisième partie rassemble des approches cliniques concernant des situations singulières de handicap où se pose la question de l'identité sexuée et/ou de la vie sexuelle.


PRAYEZ, Pascal.— Non-assistance sexuelle à personne en danger : handicap et accompagnement intime.— Roman pédagogique, Éditions L’Harmattan, 2013.

Emilie, adjointe au drh de son entreprise, est mère de famille et… assistante sexuelle. A l'origine de son engagement, Angelo, qui attend d'être initié à la sensualité dont il est privé du fait de sa situation de handicap. Mais Angelo a-t-il droit au plaisir ? Entre désir et privation, liberté et interdit, ce récit nous fait entrer dans l'intimité de l'accompagnement sexuel. Après l'émotion du roman, un argumentaire présente la démarche éthique de l'accessibilité au plaisir des citoyennes en situation de handicap. Cette réflexion éclaire les questions-clés : le rôle des femmes, la place de l'argent, la prévention des risques, le cadre des rencontres corporelles, l'autonomie…


VAGINAY, Denis.— Comprendre la sexualité de la personne handicapée mentale.— Chronique sociale, 2002.

Comment aider au quotidien, et dès le plus jeune âge, les personnes handicapées à se construire au mieux. Des questions que pose la sexualité, des réponses à proposer. Il n'est pas toujours facile de faire admettre cette simple vérité : la sexualité des personnes handicapées mentales existe.
Cette affirmation recouvre de multiples situations. Il convient de ne pas les confondre. La population des personnes handicapées mentales est complexe et hétérogène. Malgré les déclarations de bonnes intentions, on ne peut pas s'attendre à voir une personne profondément déficiente partager les projets et les responsabilités d'une autre qui le serait beaucoup moins. Chacune vit dans son corps les effets de ses éveils pulsionnels et chacune aspire à exprimer ceux-ci dans une relation. Ce qui pose fondamentalement la question du droit et de l'interdit.
L'auteur cherche à déterminer comment aider au quotidien et dès le plus jeune âge toutes les personnes handicapées à se construire au mieux, c'est-à-dire à intégrer à leur personnalité cette part de sexualité qu'aucune personne ne saurait négliger sans dommage. Sont abordées les questions que pose la sexualité chez les adultes et les réponses que l'on peut proposer.

NUSS, Marcel.— Je veux faire l’amour : handicap, sexualité, liberté.— Éditions Autrement, collection Haut et fort, 2012.

« Toute personne a le droit d'avoir des rapports sexuels, d'accéder au plaisir charnel, si elle le souhaite. » Le droit de faire l'amour quand on est une personne handicapée est désormais admis. Mais comment en jouir lorsqu'on est en situation de grande dépendance ? Dans quelle intimité et respect de l'autre ? Accompagnement sexuel ou prostitution ? Beaucoup détournent le regard tant les questions dérangent.
Avec verve, humour et gravité, Marcel Nuss raconte ici ses expériences et son combat. Amour, dépendance, sexualité : nous nous reconnaissons tous dans cette formidable leçon de vie. La collection Haut et fort accueille des voix indépendantes, singulières, engagées. Par son expérience et ses choix, chaque auteur incarne un combat à la fois personnel et politique.

La parentalité (Retour haut de page)

Un parfum de victoire

Dix ans après la loi du 11février 2005 « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », qu'en est-il de ce droit fondamental : donner la vie ? Dans « Un parfum de victoire », les intéressés prennent la parole. Mères ou pères, jeunes ou grands-parents, souffrant de handicaps moteur, sensoriel ou encore intellectuel, Richard, Christine, Fatima et Nicolas, Julien et Camille, Antoine et Maëva, Sylvie, Sandrine, Magali, Thérèse, Nathalie, Félicie et Bastien, Maëla..., témoignent de leur combat, de leurs souffrances et de leurs bonheurs, de leur capacité à avoir et à élever des enfants dans une société chargée encore de tabous. Des tabous que la Britannique Alison Lapper, mère et artiste, fait exploser en fin d'ouvrage... À leur parole répond celle de professionnels engagés à leurs côtés dans des services rares. Des experts de terrain qui dépeignent dans toute leur complexité les situations rencontrées et laissent percevoir ce qu'il conviendrait de généraliser pour que le droit à la parentalité induit par la loi de 2005 puisse s'appliquer.

Pour que tous les publics accèdent à ces paroles et à ce grand sujet de société, Un parfum de victoire est un ouvrage multimédia, livre + DVD, qui se lit, s'écoute et se regarde : huit reportages vidéo complètent les témoignages du livre accessibles eux-mêmes en version audio.

Un parfum de victoire est né d'une rencontre, un jour, entre une jeune maman aveugle désireuse d'avoir un enfant et d'une collaboratrice du webmagazine histoiresordinaires.fr par ailleurs engagée dans la défense des droits des femmes. La rédaction d'histoiresordinaires.fr a entrepris alors ces reportages conformes totalement à son projet éditorial : donner la parole aux citoyens ordinaires et étonnants engagés dans leur milieu.

CICCONE ; KORFF-SAUSSE ; MISSONNIER ;  SABREUX ;  SCELLES.— Handicap, identité sexuée et vie sexuelle.— Éditions Érès, 2010.

Quel travail psychique le handicap impose-t-il à la construction identitaire, à la représentation de soi, à l'intégration de la différence des sexes ? La symbolisation du masculin et du féminin est-elle affectée par le handicap et de quelle manière ? Comment l'identité sexuelle se déploie-t-elle à l'adolescence, chez le sujet vieillissant ? Quelle place la sexualité génitale prend-elle chez l'adolescent, l'adulte confronté au handicap ? Quelles questions le handicap pose-t-il au sein de la vie de couple ? Comment et dans quelles conditions la sexualité peut-elle être accompagnée dans les situations de handicap ? Qu'en est-il du désir de parentalité chez le sujet affecté par le handicap ? Dans cet ouvrage, issu de travaux du quatrième séminaire interuniversitaire international sur la clinique du handicap (SIICLHA), les auteurs abordent l'ensemble de ces questions qui se voient complexifiées par le regard social porté sur le handicap, sur la sexualité attachée au handicap, avec les fantasmes que de tels contextes mobilisent. Ils ouvrent des perspectives sociologiques, anthropologiques, historiques, philosophiques, éthiques et développent des approches cliniques singulières.

Albert CICCONE est psychologue, psychanalyste et professeur de psychopathologie et psychologie clinique à l'université Lumière-Lyon 2 (CRPPC).
Simone KORFF-SAUSSE est psychologue, psychanalyste et maître de conférences à l'université Paris-Diderot (CEPP).
Sylvain MISSONNIER est psychologue, psychanalyste et professeur de psychologie clinique à l'université Paris-Descartes (LPCP).
Roger SALBREUX est pédopsychiatre à Paris (ANECAMSP, AIRHM, Conseil national handicap).
Régine SCELLES est psychologue et professeur de psychopathologie à l'université de Rouen (PRIS).

Avec la participation de : Pierre ANCET, Anne BRUN, Colette CHILAND, Nathalie DUMET, JeanPierre DURIF-VAREMBOND, Karinne GUENICHE, Laurence JOSELIN, Raphaëlle PERETIE, Henri-Jacques STIKER, Denis VAGINAY.

BAELDE Ph. ; COPPIN B. ;  LE CERF J.-F. ;  MOUREAU B. (sous la direction de).— Comprendre et accompagner les parents avec une déficience intellectuelle.— Gaëtan Morin éditeur, 1999.
Etre parent avec une déficience intellectuelle ?
La question n'est pas simple car elle touche à notre représentation intime de l'humain. Elle se pose de plus en plus souvent, une estimation proposant en 1995 le chiffre de 13 000 enfants nés de parents déficients intellectuellement. Curieusement pourtant, rien en langue française ne répond au besoin d'information des professionnels ni de la famille. C'est pour remédier à ce vide qu'un premier colloque a été organisé à Lille en novembre 1997 réunissant des intervenants de l'éducation spécialisée. (R.A.).

Les témoignages (Retour haut de page)

THOMAS, Fabienne.— L’enfant roman.— Éditions Passiflore.
http://www.mondealautre.fr
Violette et Baptiste, attendent leur premier enfant. À la naissance, Clara naît avec un handicap. Le monde s'écroule alors. Clara "est une énigme" et sa différence fait vaciller les certitudes. Un temps, seulement. Car, Violette et Baptiste vont apprendre à connaître Clara et la richesse que sa différence apporte dans leur couple, dans leur famille, dans leur vie. Clara la mystérieuse est "extra ordinaire» et grâce à elle le bonheur se définit autrement pour Violette et Baptiste et l'amour grandit.

SALLEM, Ryadh ; DELATTRE, Valérie.— Handicap : affectivité, sexualité et dignité et si ça n’était qu’une question d’amour ?.— CQFD, 2013.
Handicap : affectivité, sexualité et dignité » sont des mots qui résonnent étroitement avec « liberté, égalité, fraternité » et avec le sens même donné aux « DÉFIS DE CIVILISATION ». Comment multiplier les établissements dits « de vie » sans prendre en compte la vie affective pour les résidents ? Comment concilier les différentes contradictions législatives ? Comment permettre et faciliter l’accès de tous à une sexualité, quelle qu’elle soit ?

Cette thématique forte et émouvante, parfois douloureuse et dérangeante se devait d’être à l’honneur, au fil de rencontres et d’échanges. Selon le principe de la mosaïque, du fantasme élaboré au choix d’un projet de vie, de l’accompagnement sexuel à la révolution des mœurs, se succèdent dans cette publication, des spécialistes, des sociologues, des thérapeutes et des accompagnants. Mais aussi et surtout des témoins. Des fragments de vie.

Ce sont autant de questions sensibles qui sont abordées avec dignité mais sans faux-semblant, dans un ouvrage dédié à l’humanité dans ce qu’elle a de plus intime, de plus méconnu mais surtout de plus respectable. La lecture de cet ouvrage, en pointillé comme en continu, sera fructueuse et enrichie d’un nouveau regard… Il faut que les poncifs tombent en poussière, que les tabous s’écroulent pour laisser place à des réflexions constructives et libérées de toute entrave moralisatrice. (Résumé de l'auteur).

NUSS, Marcel.— Handicaps et Sexualités : le livre blanc.— Dunod, 2008.
Trop longtemps, le handicap a transformé celles et ceux qui en étaient atteints en êtres à part, en marge de la société, ni hommes, ni femmes véritables, tantôt anges, tantôt bêtes, incapables d’être aimés ou d’aimer eux-mêmes. Aux tabous religieux ou moraux se rajoutait la crainte d’une hérédité qui reproduirait les déficiences. Peu à peu, les parents et les éducateurs ont cessé de traiter les personnes atteintes de handicap sur le seul registre de la protection et ont admis la nécessaire prise en compte de leur sexualité. Il n’est pas d’établissement d’accueil qui ne s’interroge aujourd’hui sur cette dimension incontournable de la vie humaine. Car, si la génitalité n’est pas l’unique source de plaisir personnel ou de libération pulsionnelle, on ne peut nier la souffrance que constitue le fait d’en être privé. D’autant, que la revendication d’un accompagnement à la vie intime, affective et sexuelle ne se résume pas au seul droit à la jouissance charnelle. On est là dans une approche infiniment plus complexe qui renvoie à la recherche d’un bien être total à la fois physique et moral et à la prise en compte de cette part d’humanité que chacun d’entre nous possède en lui. Pourtant, si la relation à l’autre est vécue pour la plupart sous le registre de l’évidence, il n’en va pas de même pour les personnes en situation de handicap qui, souvent placées dans une situation de dépendance, rencontrent des difficultés à accéder à un rapport de séduction pouvant aboutir à des relations plus intimes. Déconnectées de leur corporalité, elles ont besoin d’être aidées à se réapproprier leur corps, à l’apprivoiser et à mieux le maîtriser. Alors que dans certains pays du nord de l’Europe, l’assistance sexuelle existe depuis quarante ans, la législation de notre pays réprimant le proxénétisme bloque toute possibilité : un individu contribuant à fournir les moyens nécessaires à un rapport sexuel rétribué encourt sept ans d’emprisonnement et 150.000 Euros d’amende ! L’accompagnement érotique se distingue pourtant de la prostitution par la formation spécialisée suivie. N’importe qui ne peut l’exercer librement, tant le contact avec un corps difforme, peu agile, voire immobile, suscite des réactions qui vont de la compassion au dégoût, en passant par l’apitoiement. Il s’agit donc d’une véritable révolution culturelle qui doit s’opérer tant dans les représentations des familles et des éducateurs, que dans la loi, si l’on veut dépasser les seules proclamations et garantir la concrétisation du beau principe de la pleine participation des personnes porteuses de handicap à tous les domaines de la vie. Cette problématique fait l’objet de l’ouvrage passionnant, coordonné par Marcel Nuss. On y trouvera une multitude d’analyses, de témoignages et de débats contradictoires.

ANCET, Pierre, Emilie.— Le corps vécu chez la personne âgée et la personne handicapée.— Dunod, 2010.
Consacré à l’expérience du corps vécu chez les personnes en situation de dépendance, ainsi qu’aux représentations qui peuvent conduire à l’oblitérer, cet ouvrage comporte une part non négligeable de témoignages. Il s’agit de stimuler la réflexion sur la différence entre l’expérience réelle des personnes et celle qu’on leur prête. L’étude du handicap et du vieillissement permet par ailleurs d’interroger les limites de notre tolérance, et de l’expérience même que nous faisons de notre propre corps : comment définirions-nous notre propre intimité ? Notre autonomie ?
Le corps vécu tel que nous l’éprouvons n’est en effet pas réductible à la connaissance anatomique et physiologique que nous en donne la médecine. Il en va de même de l’image du corps. Cette image est plus qu’une représentation : un mixte entre sensation et représentation. Lorsque nous parlons du corps, le risque de confusion est donc grand. Il l’est davantage encore lorsque le dialogue a lieu avec un soignant et que le corps devient l’objet d’une plainte et d’une demande.
On jugera de ces difficultés et de leurs enjeux éthiques à travers des approches philosophiques, sociologiques, psychologiques et médicales. Elles donnent à penser cette conscience incarnée propre à chaque individu qu’est le corps vécu.

AGHTE-DISERENS, Catherine.— Sexualité et Handicap : Entre tout et rien… .— Aire de Famille 2013.
Notre société exige la perfection et l'excellence dans de nombreux domaines, y compris celui de la sexualité. Dans ce contexte, la question des besoins affectifs et sexuels des personnes en situation de handicap(s) s'est centrée toujours davantage sur les besoins individuels de mieux-être, et de plaisir au sens large du terme : la sexualité est un langage du corps, du coeur et de l'esprit. Pouvoir la vivre collabore à une meilleure affirmation de soi, aide à être moins seul(e) et à se développer comme homme/femme en dépit du handicap. Mais lorsqu'on vit avec un handicap, l'écart entre l'exigence sociale et la réalité de chacun(e) peut être très grand. Ce livre, décliné entre réflexions et exemples concrets, se veut une sensibilisation large sur le sujet.

CAMPAGNA, Norbert.— La sexualité des Handicapés : faut-il seulement la tolérer ou aussi l’encourager ?.— Labor et Fide, 2012.
Emaillé de témoignages et d'exemples, un état des lieux de la question de la sexualité pour les personnes en situation de handicap. L'étude montre notamment que la satisfaction des besoins affectifs et sexuels contribue à une meilleure affirmation de soi et permet à ceux qui vivent avec un handicap de lutter contre les pulsions de mort, de se développer et de communiquer. ©Electre 2015.

AGTHE-DISERENS, Catherine ; BEUGGER, André ;  CHATELAIN, Christian ; FERRARO, Marcellina ; GORGONE, Sonia ; IMBODEN, David.— Amour, sexualité et handicap, Charte, Cadres éthique et juridique . Insos, 2012
Dix ans après les premières signatures de la charte "Amour et sexualité des personnes avec un handicap mental", son groupe de coordination (composé par ses signataires et se réunissant chaque année) propose une nouvelle version de ce document, complétée et réactualisée, intitulée "Amour, sexualité et handicap". Celle-ci s’adresse à présent à l’ensemble des personnes en situation de handicap, ainsi qu’aux familles, milieux institutionnels et partenaires sociaux.

NUSS, Marcel.— Handicap et sexualités, le livre blanc.— Paris, Dunod.
Nos sociétés ont par rapport à la question de la sexualité des personnes handicapées une position paradoxale. Alors qu'on ne cesse de proclamer le droit des personnes dépendantes à l'égalité des chances dans tous les domaines, on peine encore à reconnaître l'accompagnement à la vie affective et sexuelle comme un véritable sujet de société. Et ce malgré la grande détresse des personnes concernées. En effet le débat soulève des problèmes tout à la fois d'ordres éthique, technique, médical, juridique et économique, mais il nous renvoie surtout à nos tabous ainsi qu'à nos représentations des personnes en situation de handicap. Marcel Nuss nous livre ici le premier recueil de témoignages intimes de personnes handicapées, mais aussi de soignants, de conjoints, d'accompagnateurs sexuels étrangers, d'institutionnels, de philosophes et de juristes. Il nous permet ainsi de faire un point exhaustif et honnête sur la question. Un collectif d'associations, composé de l'AFM, de l'APF, de la CHA et de Handicap International, a engagé une réflexion sur l'ensemble de ces sujets afin de promouvoir des échanges et permettre la construction de propositions d'actions avec les personnes concernées et les pouvoirs publics.

LETELLIER, Jean- Luc ; GARDOU, Charles (sous la direction).— Leur sexualité n’est pas un handicap.— Érès, 2014.
« Il n’existe pas une sexualité spécifique aux personnes en situation de handicap ou de vulnérabilité », s’indigne Jean-Luc Letellier. Leur vie affective et sexuelle pose, dans notre pays, un problème de maltraitance généralisé. Une maltraitance active ou « en creux » surtout quand ces personnes doivent vivre en institutions.
Partant d’un travail de terrain, d’une longue recherche théorique et de plus de dix années de collaboration avec des éducateurs, psychologues, sexologues et chercheurs en sciences sociales, l’auteur présente les freins qui entravent une reconnaissance de la réalité sexuelle des personnes avec handicap vivant en institutions. Sans un examen honnête de notre propre handicap face à la chose sexuelle, mais également sans le courage de remettre en cause certains dogmes même labélisés, aucune recommandation ou méthodologie la plus professionnelle soit-elle ne fera évoluer une situation de double peine, où la privation de l’accès au plaisir – que rien en soi n’entrave potentiellement – vient s’ajouter aux nombreuses difficultés d’accès à une véritable vie citoyenne pour les personnes vulnérables.

Cet ouvrage ouvre des pistes, hors de tout dogmatisme, pour un accompagnement qui prend véritablement en compte cette dimension des personnes. S’inscrivant dans les réalités institutionnelles et sociales actuelles, il propose un soutien pratique, méthodologique et éthique à tous ceux qui ont le désir et la volonté de ne pas en rester là.

Ouvrages législatifs (Retour haut de page)

NUSS, Marcel.— Enjeux politiques et juridiques de l’accompagnement sexuel.— Reliance, n°29, 2008.
Il n’existe pas un accompagnement affectif et sexuel type en Europe, mais des accompagnements spécifiques, relevant du cadre juridique et de la culture de chaque pays. Qu’en est-il en France où on s’était contenté d’en parler ? Quel avenir pour l’accompagnement sexuel dans ce pays ? Et s’il pouvait se mettre sur pied, quel serait le cadre légal et humain qui permettrait enfin à des personnes en situation de handicap de bénéficier de ces approches sensuelles et sexuelles ? Cet article fait le point.

AMIEL ; PUYUELO....— Signaler, prévenir, réprimer : Nécessités et dérives.— EMPAN : Prendre la mesure de l’humain, Érès N°62, 2006.
Poser la question du signalement, c’est interroger le rapport qu’entretient le sujet avec la société. C’est, en premier lieu, poser le devenir de l’être vulnérable. Pourquoi et que signaler ? L’inceste et l’incestuel sont au cœur de cette problématique. Mais la législation lui confère un trajet particulier, suivant qu’il s’agit d’enfants, de personnes âgées, de malades mentaux, de personnes en recherche d’emplois… Le signalement traverse tout le champ sociétal qui n’en finit pas de développer des stratégies d’autant plus que le lien social est défaillant. Médias, téléphone, télévision, internet… les véhiculent, mettant en perspective l’intime, le privé, le public… Le signalement a une fonction de vigilance, de prévention, de protection et de répression. Il peut aussi devenir délation suivant les contextes. Il en va de la liberté des personnes et de l’Ethique.

Les outils pédagogiques

DIEDERICH, Nicole ; GREACEN, Tim.— Choix  amoureux, et son manuel pédagogique.— Érès, 1999.
Une vidéo d'éducation sexuelle et son livret pédagogique à destination des personnes ayant des difficultés intellectuelles
Interprété par des comédiens ayant des difficultés intellectuelles, ce film de 25 mn à but éducatif montre comment Aline, avec le soutien de ses trois colocataires, de son éducatrice et, enfin, de sa mère malgré ses réticences, réalise ses propres choix amoureux.
Cet outil éducatif adapté aux personnes ayant des difficultés intellectuelles montre qu'il est indispensable que soient créées des conditions favorables - estime de soi, confiance en soi, respect entre partenaires, soutien de l'entourage éducatif, familial et amical - pour que les relations amoureuses soient bien vécues et que la prévention des maladies sexuellement transmissibles dont le sida devienne effective.

GRARD Georges, dessinateur ; JAK, scénariste .— La bande à Ed, tome 4 : Au boulot.— Grrr…Art Éditions, 2014.
Bande dessinée (cartonnée), http://grrrart-editions.fr

Pour ce tome 4 tant  attendu, Geg et Jak s'attaquent au monde du travail. La bande va faire son stage de troisième en entreprise. Ed (handicapé moteur) à la MJC, Gad (qui souffre de nanisme) en téléphonie, Sam (obèse) au Mad Dog, Chang (malvoyant) à la Médiathèque municipale, Arnaud (sourd et muet) dans une boîte d'informatique et Katty (la « nanamoureuse » de ED ») chez un vétérinaire, quant à Tommy (autiste) il est le lien entre tous puisqu'il profite de la semaine pour visiter chacun d'entre eux sur leur lieu de stage. Toujours aussi drôle, percutant !
L'auteur et L'illustrateur : Georges Grard est connu et re-connu dans le monde du handicap (Directeur et rédacteur du trimestriel « L'Handispensable », 96 pages luxueuses autour d'un handicap joyeux et positif !) mais il est aussi romancier, auteur jeunesse, scénariste et auteur de pièces de théâtre (« Palier de décompression »...). Jak s'est à nouveau enthousiasmé de croquer graphiquement la bande (une pause salvatrice après le tome 7 de « Léo et Lu »

GRARD, Georges (éditeur) ; LEMONNIER, Jacques (directeur artistique).— L’handispensable, le magazine qui fait "l’handifférence".— Grrr…Art Éditions, 2015.
Caractéristiques : trimestriel sur abonnement (20 euros, 4 exemplaires) ou à l'unité (5,40 euros) http://grrrart-editions.fr

Il  est le maillon fort de toute une chaîne de solidarité, d'actions, de réjouissances, de combats et d'espoirs souvent invisibles médiatiquement. Ce nouveau magazine trimestriel va mettre la pointe des mots au service du monde des handicaps! Une pointe enjouée, jubilatoire, vive et ouverte à la différence! Aujourd'hui plus de dix millions de personnes sont en situation de handicap. 

96 pages pour parler de culture, de pratiques culturelles, de sports et de leurs résultats, de disciplines sportives, d'innovations techniques et médicales, de personnalités, de stars, de parcours d'anonymes, de vécus, de progrès et d'échecs, de la vie associative, de voyages, de villes, d’histoire et d'humour... 

Il s'adresse aux personnes en situation de handicap, aux soignants, aux aidants, aux familles et à l'entourage. Ce magazine se veut le reflet positif de la vie! Il aborde tous les domaines de la vie sociale sans verser dans le pathos, le pathologique, le médical ou le militantisme. 

Il montre que la personne en situation de handicap est un citoyen à part entière, qui a des intérêts communs et qui aspire à participer à la vie de sa cité.

Il faut ouvrir le monde des handicaps à tous ! En parler, informer, montrer, espérer, aider, en rire, s’amuser et porter le « Vivre ensemble » comme un cadeau de la vie ! « J’ai rencontré des handicapés heureux !». Cette phrase d’une évidence naturelle est le fondement même de ce magazine. Alors attendez-vous à voir la différence comme richesse, combat, modèle et bonheur ! Un valide et invalide ne sonnent-ils pas pareil à l’oreille ? Nous ne voulons pas être des messagers engagés mais des passeurs ouverts aux initiatives, aux talents, à l’actualité qu’elle soit sportive, culturelle ou citoyenne, à la mode, aux pratiques, aux espoirs, aux innovations, aux personnalités, à la vie, à l’humour, aux bonnes et, parfois, aux mauvaises humeurs !
Un valide et invalide sonnent pareil à l'oreille. Dans notre regard aussi!


INPES.— Jeune et homo sous le regard des autres.— Parimage mars 2010.
Outil d’intervention contre l’homophobie, mars 2010, réalisé suite à un concours de scénarios ouvert aux publics de 16 à 30 ans, lancé par l’Inpes et le ministère de la Santé et des Sports. 

Il est constitué d’un support DVD (cinq courts-métrages) et d’un livret d’accompagnement destiné aux professionnels de la prévention, de l’éducation et de l’animation socioculturelle ou toute autre personne souhaitant s’impliquer dans la réalisation d’actions de prévention de l’homophobie en direction d’adolescents, de jeunes adultes.


MERLIER, Philippe.— Philosophie et Ethique du travail social.— Presse de l’EHESP, 2013. 
L'accompagnement social au quotidien peut placer le travailleur social devant des cas de conscience qui ne trouvent pas toujours de résolution dans les règles déontologiques. Pourtant le tourment d'un choix difficile ne doit pas paralyser la puissance d'agir et encore moins être source de souffrance au travail, mais plutôt trouver écho dans un échange collectif. Les principes éthiques dépassent très largement les règles de la déontologie et questionnent le sens de la justice et du devoir, fondement de l'action. Grâce à 30 témoignages de professionnels, éclairés par des textes philosophiques de la période classique à nos jours, cet ouvrage met en perspective l'action quotidienne des travailleurs sociaux et aide à ajuster les principes et les règles à chaque cas particulier. Les travailleurs sociaux (conseillers en économie sociale familiale [CESF], assistants sociaux, éducateurs spécialisés, professionnels ou étudiants) sont invités par cet ouvrage à participer à une réflexion commune sur l'éthique de l'accompagnement social qu'ils mènent tous les jours au service des usagers.

DISTINGUIN-RABOT, Marie-Cécile.— Mille et une Famille.— Éditions d’un Monde à l’Autre.
Avec poésie et fantaisie, Marie-Cécile Distinguin-Rabot dresse le portrait de treize familles toutes différentes. Celle de Moussa, celle de Salomé, celle de Suzanna ou
encore celle de Tom. Au fil des pages, comportant toute un titre ("La tête dans les
nuages", "Un petit air de fête", "L'arbre à mots"...), le lecteur se promène comme s'il visitait les salles d'une exposition. De la famille d'accueil à la famille nombreuse en passant par les familles mixtes et homoparentales, l'auteure révèle la diversité des modèles familiaux et valorise ainsi les différences.


MIMOUN, Sylvain (sous la direction).— Petit Larousse de la sexualité .— 2007.
Le 1er dictionnaire de référence sur la sexualité D'Abstinence à Zygote, ce dictionnaire encyclopédique contient 1200 articles pour tout savoir la sexualité de A à Z. Rédigé par les meilleurs spécialistes et avec tout le savoir-faire Larousse, il permet à chacun d'enrichir sa connaissance des choses du sexe, afin de mieux comprendre et bien vivre ses relations sexuelles, à tous les âges de la vie. Les sujets y sont abordés à travers plusieurs aspects : sexologie, médecine, psychologie, sociologie, droit, culture générale.


Les pictogrammes
http://www.triangle.org.uk
http://www.sclera.be

HÉDELIN, Pascale ; BARBORINI, Robert.— Le Grand Livre Animé du Corps Humain.— Éditions Milan.
Pour un jeune enfant, son corps est une machine un peu mystérieuse.  Ce grand album bourré d’animations est le livre idéal pour partir à sa découverte.
Pop up, tirettes, volets à soulever, pastilles… dans chaque double page, les animations ont été conçues pour que l’enfant comprenne vraiment comment ça se passe : comme dans le ventre de sa maman le bébé flotte dans sa bulle, en se repliant les biceps se gonflent, avec les tirettes les poumons se remplissent d’air, la nourriture descend et se transforme petit à petit dans l’appareil digestif… pour découvrir les 5 sens il y a même des pastilles à sentir, à toucher et à entendre !
A la fin du livre, pour tout récapituler et continuer à s’amuser en observant ce qui se cache à l’intérieur du corps des filles et des garçons, des pages puzzle présentent le squelette, les muscles, et les principaux organes du corps.

 

Le théâtre interactif ou théâtre de l’opprimé (Retour haut de page)

BOAL, Augusto (1931-2009).— Jeux pour acteurs et non-acteurs : pratique du théâtre de l’opprimé.— Éditions La découverte, 1995.
Ce livre est un système d’exercices (monologues corporels), de jeux (dialogues corporels) et de techniques de théâtre-image, qui peuvent être utilisés par des acteurs (ceux qui font de l’interprétation leur profession ou leur métier) aussi bien que par des non-acteurs (c’est-à-dire tout le monde !). Beaucoup de jeux, d’exercices et de techniques de ce livre ont été inventés, sont originaux et complètement nouveaux. D’autres ont été modifiés pour mieux servir notre objectif : « développer la capacité de tous pour permettre de mieux s’exprimer à travers le théâtre ».

BOAL, Augusto.— Théâtre de l’opprimé.— Éditions La découverte/Poche  Essais.
« Qu’est-ce que le théâtre de l’opprimé ? Il a deux principes fondamentaux : transformer le spectateur – être passif, réceptif, dépositaire- en protagoniste d’une action dramatique, en sujet créateur, en transformateur ; essayer de ne pas se contenter de réfléchir sur le passé, mais de préparer le futur. Une autre façon d’être subversif sans sortir son révolver ». Journal Libération
« L’être devient humain quand il invente le théâtre. La profession théâtrale qui appartient à quelques uns ne doit pas cacher l’existence et la permanence de la vocation théâtrale, qui appartient à tous. Le théâtre est une vocation pour tout être humain. Le théâtre de l’opprimé est un système d’exercices physiques, de jeux esthétiques, de techniques d’images et d’improvisations spéciales, dont le but est de sauvegarder, développer et redimensionner cette vocation humaine, en faisant de l’activité théâtrale un outil efficace pour la compréhension et la recherche de solutions à des problèmes sociaux et personnels. » BOAL A.


GUERRE, Yves.— Le théâtre forum (pour une pédagogie de la citoyenneté). — Éditions L’harmattan , 1998.

A partir de courtes scènes qui décrivent des situations quotidiennes, le théâtre forum propose à chaque participant des groupes qui le pratiquent, d’intervenir activement dans le jeu du théâtre, pour apporter des alternatives visant au changement et ainsi examiner collectivement les conséquences de celui-ci.

 

Supports audiovisuels (Retour haut de page)

Gabrielle.— ARCHAMBAULT Louise (réalisatrice), 2013.
Film dramatique canadien écrit par la réalisatrice, inspiré de la comédie romantique L'Autre Sœur réalisée par Garry Marshall en 1999.
Il est sélectionné pour représenter le Canada aux Oscars du cinéma 2014 dans la catégorie meilleur film en langue étrangère.
Gabrielle et Martin, deux jeunes gens qui se sont rencontrés au centre de loisirs dans la chorale « Les Muses de Montréal », sont fous amoureux l'un de l'autre. Cependant, à cause de leur déficience mentale, leur histoire d'amour n'est pas bien vue par leur entourage notamment la mère de Martin. Tandis qu'ils se préparent à un spectacle important où ils doivent chanter avec Robert Charlebois, Gabrielle essaye de prouver son autonomie pour gagner son indépendance. Elle rêve de vivre en couple avec Martin dans un appartement.


L'Amour à trois têtes.— LEVY Elsa (réalisatrice), 2011.— vidéo HD,26’, Suisse
Ce film est une exploration personnelle des relations amoureuses entre hommes et femmes par le biais de trois générations de femmes de la même famille, ma grand-mère, ma mère et moi.
Ninette, Sylviane et Elsa, trois époques, trois visions, trois expériences qui s'affrontent et se confrontent.
Derrière ces histoires d'amour, se dessine un questionnement autour de la transmission intergénérationnelle, de l'image féminine au fil d'une vie de femme et du rapport mère-fille.


D’autres Voix, un autre regard sur l’autisme.— RUIZ Yvan et CORTES Silvia (réalisateurs).  http://acfeca.wordpress.com/psychanalyse-et-cinema-a-nice/

Ce film « ACOUSTOUFLANT » donne la parole à des sujets autistes, à leur entourage, et à des psychanalystes. Il y aura un avant et un après ce film. Véritable innovation dans notre champ, ce film invente un style subtil et délicat pour aborder le réel de l’autisme, en instillant la dose de poésie sans laquelle ce réel ne se laisserait pas approcher. En donnant la parole à des autistes et à leurs proches, il parvient à leur donner une visibilité sans les montrer, à nous parler d’eux sans les exposer. Parce qu’il touche et fait mouche ce film dépasse la seule question de l’autisme. Par sa manière d’évoquer le cœur parlant de tout sujet, il s’élève à une dimension qui touche à l’art.


Association Éducation sexuelle, deux films à regarder sur le net : http://www.educationsensuelle.com , 7 courts métrages sur la sensualité
http://www.educationsexuelle.com, interviews destiné aux parents et professionnels

L’objectif est d’apporter une vision structurante de la sexualité aux jeunes et de les préparer à la vie affective et sexuelle


La vie rêvée d’Amanda (DVD).—  LORQUIN Émery et Jill, 2003 : 52’
CNASM (Centre National de documentation audiovisuel en Santé Mentale)  
Histoire d’une jeune fille autiste de 26 ans qui entre dans un foyer de vie pour adultes autistes ; elle tombe amoureuse d’un résident…..


L’Amour sans limite  (Film, documentaire).—  CAMPREDON Samantha et CHAYÉ François (réalisateurs), 2010, productions : AFM Productions / System tv

Cédric, Patricia, Franck ou Marie-Christine sont des personnes en situation de handicap et ouvrent les portes de leur intimité.
Comment séduire ? Comment avoir des rapports sexuels ? Comment abattre les limites de son corps ? Ce document se penche sur la question de la sexualité des handicapés, qui sont frappés d’une double peine : Etre amputé de leur corps et de leur désir.
Malgré les efforts des équipes médicales, il n’existe pas en France d’établissements permettant aux personnes souffrant de handicaps de s’épanouir sexuellement, alors que cette question est entrée dans les mœurs en Suisse, aux Pays-Bas et en Allemagne.

 

Yo Tambien.— PASTOR Alvaro et NAHARRO Antonio (réalisateurs), 2011
Daniel a 34 ans et travaille dans un centre social à Séville où il fait la connaissance de la jeune et indépendante Laura. Leur amitié se fait instantanément. Mais Daniel est différent… et cette amitié devient l’objet de toutes les attentions au travail et dans leurs familles. La situation ne manque pas de se compliquer quand Daniel tombe définitivement amoureux de Laura. Refusant de se plier aux convenances sociales, Daniel et Laura finiront par construire une amitié unique comme aucun d’eux n’a jamais connu.


The Sessions.— LEWIN Ben (réalisateur)
Inspiré d’une histoire vraie, nous plongeons dans la vie de Mark, un homme de 38 ans paralysé après une attaque de polio dans son enfance. Poète et journaliste, il va entreprendre de perdre sa virginité dans des conditions assez particulières…  Mark prend, en effet, l’audacieuse décision d’arrêter de rêver d’amour et d’engager une professionnelle : une assistante sexuelle qui lui permettra d’expérimenter l’intimité.
Touchant et profondément humain, The Sessions relance l’épineux débat de l’assistance sexuelle des personnes handicapées, qui n'existe pas en France mais qui est réclamée par plusieurs associations.


Te Quiero (je t’aime, je te veux).— DAL MOLIN Michèle & Bernard, Productions ADVITA et Croix Rouge Française, 2011.
Sexualité, amour, handicap : l’amour appartient à tous, il s’agit de l’aspiration la plus forte de toute aventure humaine, une quête faite de joie, parfois de souffrance. A quoi tient l’amour des personnes fragilisées physiquement ? Comment la vie affective et la sexualité des personnes en situation de handicap peut-elle s’épanouir dans les établissements et les services qui les accueillent ? Ce film pose des questions sur le « vivre ensemble », le droit à l’intimité, la mission éducative des professionnels, la place et la responsabilité des familles. Des questions qui doivent nourrir des débats, des interrogations pour faire évoluer et grandi la qualité de vie des personnes en situation de handicap.


L’amour pour tous.— AFM Productions, 2007.
Libérer la parole, c’est faire avancer la réflexion de tous, valides et non valides, accompagnants, soignants, parents d’enfants entrant dans la puberté, pour que des pistes puissent être lancées, que les familles puissent parler plus librement de sexualité et des problèmes que rencontrent les femmes et les hommes en situation de handicap.


 

Amour sans limites.— AFM Productions, 2009.
Cédric, Patricia, Franck ou Marie-Christine sont des personnes en situation de handicap et ouvrent les portes de leur intimité. Comment séduire, Comment avoir des rapports sexuels ? Comment abattre les limites de son corps ? Ce document se penche sur la question de la sexualité des handicapés, qui sont frappés d’une double peine : être amputés de leur corps et de leur désir.


A proposito di sentiment….— SEGRE Daniele, Associazione Italiana Persone Down, 1999. (À commander sous-titré en français par e-mail : AIPD@pronet.it)
Un groupe de 15 jeunes personnes atteintes du syndrome de Down, explore leurs sentiments, à travers les moments de la vie quotidienne, découvre des histoires de couple, les joies et les peines de cœur possibles, les questions sur le présent et l’avenir, les rêves et les préoccupations d’une vie indépendante. Avec eux, l’on peut redécouvrir le plaisir d’exprimer ses sentiments et de chercher un moyen de bonheur possible.


L’homme de compagnie.— THOMAS Philippe, 2001. 
Par un après midi ensoleillé, de charmantes jeunes filles arpentent les rues au rythme d'une samba. Fred, handicapé moteur, casque de baladeur sur la tête, flâne à une terrasse de café. Une jeune femme, attirée par son sourire l'aborde. Site internet : http://hommedecompagnie.free.fr


Henri.— MOREAU Yolande (réalisatrice), sortie en 2013.
Henri, la cinquantaine, d’origine italienne, tient avec sa femme Rita un petit restaurant près de Charleroi, "La Cantina". Une fois les clients partis, Henri retrouve ses copains, Bibi et René, des piliers de comptoirs ; ensemble ils tuent le temps devant quelques bières en partageant leur passion commune, les pigeons voyageurs. Rita meurt subitement, laissant  Henri désemparé. Leur fille Laetitia propose alors à Henri de se faire aider au restaurant par un "papillon blanc", comme on appelle les résidents d’un foyer d’handicapés  mentaux  proches de "La Cantina". Rosette est de ceux-là. Elle est joyeuse, bienveillante et ne voit pas le mal. Son handicap est léger, elle est simplement un peu "décalée". Elle rêve d’amour, de sexualité et de normalité. Avec l’arrivée de Rosette, une nouvelle vie s’organise.


Hasta la vista.— ENTHOVEN Geoffrey, comédie dramatique.
Trois jeunes d’une vingtaine d’années aiment le vin et les femmes, mais ils sont encore vierges. Sous prétexte d’une route des vins, ils embarquent pour un voyage en Espagne dans l’espoir d’avoir leur première expérience sexuelle. Rien ne les arrêtera… Pas même leurs handicaps : l'un est aveugle, l'autre est confiné sur une chaise roulante et le troisième est complètement paralysé.


Aime et tais-toi.— GABLIN Patrice (réalisateur), LE COQ Philippe (réalisateur et scénariste), cinquième film coproduit par ARTEMISS Compagnie. 
Le tournage est prévu en mars-avril 2015, et fera suite aux quatre autres court-métrages réalisés par la compagnie, dont plusieurs ont été sélectionnés dans divers festivals et notamment le dernier Larmes de Fond a obtenu le prix du Meilleur scénario au Festival international « Entr’ 2 Marches » à Cannes en mai 2014.


L’amour différent.— LE COQ Philippe (scénariste), moyen-métrage.
Il a été tourné à Nantes et dans la région en Mars 2015. 
Jeanne, valide, et Perceval, en situation de handicap, sont des jeunes gens qui, comme les autres, tombent amoureux. Seulement, leur amour est loin de plaire à tout le monde. Bien que majeurs et libres, leurs parents cabossés par la vie vont avoir de grandes difficultés à accepter cette relation. L’histoire d’amour de Jeanne et Perceval, qui ne pose aucun problème pour les deux intéressés va pourtant les confronter directement au regard des autres et surtout, de leurs proches, et cela non sans conséquences…

Autour d’eux, chacun se révèlera sous son vrai visage, de manière drôle, parfois cocasse, maladroite ou brutale. Leur entourage tente, sans le réaliser vraiment, de reporter leur mal de vivre personnel sur cette relation, peut-être bancale aux yeux extérieurs mais symbole de bonheur pour deux êtres indifférents aux « normes amoureuses ». Aime et tais-toi se veut un film tendre, drôle mais aussi violent sur la famille, l’amour et la paternité.
La compagnie ARTEMISS continue son action sur la même éthique de travail. Son but au travers de ses créations est de créer du lien social, de favoriser les rencontres et de mettre les personnes en situation de handicap au cœur de réalisations concrètes, de projets toujours aboutis. 
ARTEMIS considère qu’un objet artistique est un facteur dynamique de lien social, qu’il est un outil de médiation permettant la rencontre d’êtres humains, tous singuliers.

 

Handy’ coup de cœur (Retour haut de page)

Le Huitième jour.— VAN DORMAEL Jacob, sortie en 1996.
Harry est un homme seul qui se voue sept jours sur sept à son travail. Tout va basculer quand il va rencontrer Georges, une personne handicapée mentale, qui vit dans l'instant. Ces deux êtres que tout oppose vont devenir inséparables.

De toute nos forces.— réalisé en 2014 par TAVERNIER Nils, avec GAMBLIN Jacques, LAMY Alexandra et HÉRAUD Fabien.
A 17 ans, Julien, désormais adolescent au caractère difficile et têtu, prend conscience de la vie et rêve d’aventures inaccessibles compte tenu de sa paraplégie. Il découvre que son père, 25 ans plus tôt, avait été un sportif de bon niveau et avait participé à l’ironman, il se met en tête que lui et son père vont refaire la course en binôme, mais Paul son père n’est pas du même avis……

Guillaume et les garçons à table.— GALLIENNE Guillaume, sortie en 2013.
Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : « Les garçons et Guillaume à table ! » et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en disant : « je t’embrasse ma chérie » ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

La vie D’Adèle.— KÉCHICHE Abdellatif, sortie en 2013.
Agée de 17 ans, la jeune Adèle croit que forcément une fille doit rencontrer des garçons et rêve du grand amour. Elle se laisse brièvement séduire par Thomas, élève de Terminale, et met rapidement fin à cette liaison. Elle croise Emma, une jeune femme aux cheveux bleus ; c’est le coup de foudre. C’est cette rencontre-là qui bouleverse totalement sa vie……

IZO.— Jérémy Belando « IZO » est un court-métrage réalisé par une personne atteinte de schizophrénie qui a également étudié le cinéma à Nice.
Il propose une vision subjective, à la première personne, de cette maladie, par le biais de l'audiovisuel.
Sélectionné lors de la 4ème édition du Festival Entr'2 Marches à Cannes 2013 (festival qui a pour thème le handicap), le film a reçu le Prix du Public.
Contacter l’association: audioviz@hotmail.fr

La famille Bélier.— de LARTIGAU Eric, film Français/Belge
Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à
ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte.